Depuis son élection à la présidence de la Tanzanie en octobre 2015, le président John Pombe Magufuli a restreint les droits fondamentaux par le biais de lois répressives et de divers décrets. Des journalistes ayant critiqué le gouvernement, des opposant politiques et des activistes de la société civile ont été menacés, détenus arbitrairement et visés par des chefs d’accusation de manière abusive. Le gouvernement a interdit au moins trois journaux, manifestement en raison des critiques exprimées a l’egard du président. Les autorités ont également porté atteinte aux droits des personnes LGBT et de leurs défenseurs. Bien que le gouvernement ait fait des progrès pour élargir l'accès à l'enseignement secondaire gratuit, il a renforcé une interdiction discriminatoire concernant les élèves enceintes. Le gouvernement a en outre bloqué un processus de réforme juridique visant à augmenter l'âge du mariage à 18 ans, pour les filles et les garçons.

News