Les forces de sécurité mexicaines ont été impliquées dans de nombreuses violations graves des droits humains – y compris des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées et des actes de torture - dans le cadre de la lutte contre le crime organisé. Le gouvernement a officiellement restreint le rôle de l’armée dans les activités de maintien de l'ordre, sans toutefois prendre de mesures significatives pour renforcer les institutions de police civile. Les poursuites judiciaires visant les responsables d'abus n’ont progressé que de manière limitée. L’adoption de lois contre la torture et les disparitions forcées a été une avancée positive, mais elles sont encore insuffisamment appliquées. Parmi les autres problèmes qui perdurent figurent les violences contre les journalistes, l’accès limité aux soins de santé pour de nombreuses personnes, et les atteintes aux droits reproductifs.

News