Skip to main content

Indonésie : Arrestations liées à l’expression pacifique d’avis politiques

Plus de 70 activistes papous et moluquiens ont été condamnés à des peines de prison à la suite de manifestations non violentes

Des activistes papous accusés de trahison, photographiés dans un couloir du Tribunal de district central de Jakarta, en Indonésie, le 19 décembre 2019. Les deux hommes à gauche ont fait peindre le mot « monkey » (singe) en lettres blanches sur leur poitrines, afin de dénoncer le recours à ce terme en tant qu’insulte visant parfois les habitants de la province indonésienne de Papouasie. © 2019 AP Photo

(Jakarta, le 4 mai 2020) - Le gouvernement indonésien devrait immédiatement libérer au moins 70 activistes papous et moluquiens emprisonnés pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions politiques, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Le gouvernement devrait s’assurer que la police et les procureurs, en particulier dans les provinces de l’est du pays, protègent le droit à la liberté d'expression conformément à une décision rendue par la Cour constitutionnelle en 2018.

Entre le 25 et le 27 avril, la police des Moluques (Maluku) a arrêté 23 personnes – des activistes ainsi qu’au moins deux mineurs - qui auraient déployé des drapeaux commémorant le 70e anniversaire d’une tentative en 1950 de proclamer l'indépendance d’une partie de l’archipel, en tant que République des Moluques du Sud (Republik Maluku Selatan, RMS). La police a indiqué que sept activistes seront inculpés de trahison en vertu de l'article 106 du code pénal, ce crime étant passible d'une peine pouvant aller jusqu’à l’d'emprisonnement à perpétuité.

« Détenir et poursuivre des activistes papous et moluquais qui exprimaient pacifiquement leurs opinions politiques sont des actions contraires aux engagements du gouvernement en faveur de la liberté d'expression », a déclaré Andreas Harsono, chercheur senior sur l’Indonésie à Human Rights Watch. « Ces activistes n'auraient pas dû être emprisonnés, et leur maintien en détention lors de la pandémie de Covid-19 pourrait être mortel. »

Le 24 avril, un tribunal de Jakarta, capitale de l’Indonésie, a condamné six activistes papous qui étaient accusés de trahison à des peines allant de 8 à 9 mois de prison. Le 28 août 2019, ces six personnes – cinq hommes et une femme - avaient participé à un rassemblement de plus de 500 personnes devant le Palais d'État à Jakarta, et y avaient déployé le drapeau « Morning Star » (Étoile du matin), symbole du mouvement d’indépendance papoue. Ce rassemblement avait été organisé pour protester contre des violences policières, perçues comme racistes, à l’encontre d’étudiants papous à Surabaya (île de Java) onze jours auparavant, le 17 août.

Le 15 avril, des avocats représentant 63 prisonniers politiques, incarcérés pour avoir exprimé pacifiquement leurs convictions politiques en Indonésie, ont soumis des informations sur leurs affaires au Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

Cela fait plus d’une décennie que Human Rights Watch, Amnesty International, Kontras et d'autres organisations de défense des droits humains appellent à la libération des prisonniers politiques en Indonésie.

Le président Joko « Jokowi » Widodo devrait ordonner la libération de tous les prisonniers politiques, ainsi qu’un examen des agissements des agents des forces de l'ordre, en particulier dans les îles Moluques et dans les provinces de Papouasie et de Papouasie occidentale, selon Human Rights Watch.

Communiqué complet en anglais :

www.hrw.org/news/2020/05/04/indonesia-new-arrests-peaceful-political-expression

-----------------

Tweets

Your tax deductible gift can help stop human rights violations and save lives around the world.

Région/Pays