Les manifestations nationales qui ont commencé en décembre 2018 ont conduit à l'éviction du président soudanais Omar al-Bashir, après 29 ans de régime autoritaire. Les dirigeants militaires et civils ont signé un accord de partage du pouvoir en août 2019 pour former un gouvernement de transition. Cette période a été marquée par de nombreux défis, notamment la crise économique. Les autorités se sont engagées dans des réformes mais n'ont pas encore rendu justice pour de nombreux crimes commis dans le passé, y compris les meurtres de manifestants par les forces gouvernementales à Khartoum le 3 juin 2019. Les Forces de soutien rapide (RSF) ont commis de graves abus au Darfour, où les affrontements entre le gouvernement et des groupes armés, ainsi que des violences intercommunautaires, continuent de menacer la sécurité des civils. Des pourparlers de paix avec des groupes d'opposition armés sont en cours à Juba. Des centaines de milliers de personnes vivent dans des camps de personnes déplacées. L'ancien président el-Béchir et d'autres dirigeants de son gouvernement sont toujours détenus à Khartoum. Les dirigeants soudanais ont exprimé leur volonté de coopérer avec la Cour pénale internationale, mais sans fournir de précisions concrètes à ce sujet.

News