Le gouvernement du Premier ministre, le général Prayut Chan-ocha, continue d’être au pouvoir suite aux élections de 2019, qui ont été entachées d’irrégularités. Peu de mesures ont été prises pour mettre fin à la répression en place sous la dictature militaire. Les autorités poursuivent fréquemment les personnes qui critiquent la monarchie ou le gouvernement. Les mesures liées au Covid-19 ont servi de prétexte pour renforcer la censure et interdire des rassemblements pacifiques. Les défenseurs des droits humains sont constamment confrontés au risque de harcèlement et de poursuites. Dans les provinces frontalières du sud, les forces de sécurité gouvernementales et les insurgés commettent des exactions dans les zones de conflit. Plus de trois millions de travailleurs migrants sont soumis au risque d’abus et d'exploitation, malgré les promesses de réforme du gouvernement. De nombreux réfugiés et demandeurs d'asile ont été arrêtés et parfois expulsés vers leurs pays d’origine, malgré le risque d’y être persécutés.

News